Bon livre à lire en juin – Dix heures et demie du soir en été

18 juin 2018

Salutations, chers amis. L’été approche à grand pas et, dans trois jours, nous serons enfin entrés dans la meilleure saison de l’année, c’est-à-dire celle des vacances! Pour célébrer l’arrivée de cette si jolie période, je vous propose un bon livre à lire pour ce mois de juin, puisqu’il saura vous propulser dans les chaleurs du soleil sans aucun effort. Prêts à bronzer avec les doigts de pieds en éventail? Alors installez-vous confortablement et laissez-moi vous présenter une oeuvre pas très connue de Marguerite Duras: Dix heures et demie du soir en été.

De quoi ça parle?

Maria et Pierre, un couple à l’amour disparu, part en voyage en Espagne accompagné de leur toute petite fille Judith et de leur amie Claire. Lorsqu’un orage éclate, les voyageurs ne peuvent continuer leur route et font escale dans un hôtel bondé situé dans une toute petite ville. Mais la nuit est loin d’être tranquille et les habitants ne parlent que d’un meurtre qui a été commis quelques heures plus tôt: Rodrigo Paestra aurait en effet tué sa femme et son amant. Quelques minutes plus tard, sous la bienveillance des étoiles et l’esprit étiolé par la chaleur, Maria croise une silhouette qui observe des toits: c’est Rodrigo Paestra. A dix heures et demie de ce soir d’été, elle va se lier au meutrier, pendant une nuitée qui ne laissera personne indemne.

Et ce livre, il est bien?

Pours:

  • Le livre est court, il se lit très facilement et ne prendra pas plus d’une après-midi à être dévoré
  • Les rapports humains sont décrits à fleur e peau. On alterne entre tristesse intérieure et moments de tendresse, ce qui rend les personnages très attachants et bien construits.
  • L’été est extrêmement présent. Tour à tour, on ressent la chaleur écrasante, les vapeurs de la boisson, l’orage qui arrive, la pluie qui tombe. Sensations garanties!
  • La poésie de Marguerite Duras est absolument touchante, les tournures de phrases sont de véritables proses en elles-mêmes.

Contres:

  • La présence constante de l’attente des personnages (on attend de repartir le lendemain) peut rendre le récit un peu lourd. Les répétitions rythment le récit mais peuvent parfois donner l’impression que l’on avance pas.
  • Le style d’écriture de Marguerite Duras est très beau, mais les phrases ont tendance à être hachées, ce qui peut rendre le récit un peu froid.

Et du coup, ce livre, tu me le conseilles?

Absolument, pour les raisons que j’ai données plus haut. Si vous recherchez une immersion totale dans ce que peut être l’été, même au sein d’une insomnie, cette lecture saura pleinement vous satisfaire. Attendez-vous à prendre la place de Maria dans les fauteuils de l’hôtel et à courir avec Rodrigo sous le ciel lourd et chargé des soirs estivaux. En résumé, ce livre saura plaire:

  • Aux amateurs de lectures de vacances
  • A celles et ceux qui aiment les histoires courtes
  • Aux amateurs de poésie, de grands mots
  • A celles et ceux qui ne sont pas habitués à lire mais qui voudraient tenter de s’attaquer à un classique

Une note finale?

Pour ce petit livre à glisser dans sa valise et à dévorer, de préférence, avant d’aller se coucher, je donne un grand 4 étoiles sur 5.

Pour les intéressés, cliquez sur ce lien pour vous procurer l’ouvrage. N’hésitez pas à laisser vos commentaires et à donner vos avis, je serais ravie de débattre. Quant à moi, je vous souhaite une belle nuit d’été et je retourne dénicher pour vous les petites merveilles de nos bibliothèques.

 

Suivez-moi ici:

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »