Des livres pour bien attaquer l’automne

18 octobre 2018

Bonjour à tous, ça y est, nous sommes en automne ! Adieu sandales et shorts, bonjour hauts à manches longues et premières vestes ! Le froid revient également mais nous pouvons trouver consolation en regardant la nature se revêtir de ses plus belles feuilles rousses ou en profitant des journées ensoleillées (c’est un peu comme si l’hiver et l’été se livraient bataille, non? A vrai dire c’est à se demander si nous allons revoir l’hiver pointer le bout de son nez).
L’automne, c’est également l’occasion de se protéger de la fraîcheur en restant à la maison sous la couette avec un bon thé et en lisant un livre bien réconfortant. Ou, si vous êtes au soleil, de vous poser sur un banc avec une bonne lecture. Vous n’êtes pas certain.e d’avoir la perle rare ? Ne vous inquiétez pas : voici une sélection de livres qui vous permettront de bien attaquer l’automne.

Âmes d’automne – Jean Lorrain

Dans ce recueil de nouvelles, Jean Lorrain nous emmène dans le Paris de la Belle Époque. Au sein d’une capitale qui voit disparaître ses rayons de soleil et où la pluie commence à tomber, c’est tout un petit microcosme qui se développe.
Promenez-vous dans les rues pavées où les cafés commencent à se remplir et où les vapeurs d’alcool et de cacao emplissent toutes les pièces, dans les maisons closes où l’on vient se réchauffer à la lumière des bougies, la banlieue où la population est prise d’une étrange mélancolie liée au temps qui décline. Et la pluie qui roule sur les fenêtres pour laver toute trace, et les feuilles qui tombent dans les parcs foulés par les femmes aux longues robes…

Le mois de septembre – Frédérique Hébrard

Frédérique a épousé François. Ils se sont connus à vingt ans, le bel âge, et ont vécu six ans de bonheur complet et sans ombre dans le luxe, l’art, les soirées où les personnes les plus demandées ont été invitées. Dans ces années 1950 où tout semble paisible, ce jeune couple va soudainement voir son bonheur se briser. Frédérique, en tous cas, comprend tout de suite qu’il va falloir se battre.
Mais la brèche semble avoir besoin d’être découverte et fouillée avant de se refermer… Sur fond d’automne, de mois de septembre où la tristesse tombe comme les feuilles du jardin, Frédérique va tenter une ultime fois de sauver son histoire d’amour. A réserver aux amateurs de romances !

A Septembre, Petronella – Jean Rhys

Petronella est une londonienne pure souche qui passe ses vacances à la campagne. Si elles s’annonçaient reposantes, ses hôtes ne finiront pas par gâcher sa retraite bien méritée par ses disputes incessantes. Une fois revenue en ville, Petronella va croiser un homme qui va lui donner rendez-vous en automne… mais cet automne est bien lointain, comment le rejoindre? N’a-t-elle pas rêvé?
Quelque part ailleurs, une chanteuse alcoolique est emprisonnée pour tapage. Mais une rencontre va changer sa vie. Voici l’histoire de deux femmes qui, lors d’un mois de septembre bien rempli, vont voir leur existence se transformer…

Poèmes Saturniens – Paul Verlaine

Premier recueil poétique publié par le poète en 1966, Poèmes Saturniens est une véritable plongée au sein de l’automne. On y parle de la mélancolie saisonnière, bien évidemment, du Paris nocturne dans lequel on se balade, d’une femme croisée lors d’une rencontre lointaine, des paysages mouillés sur fond de ciel triste, mais également de la beauté de l’automne et de ses couleurs que l’on admire au détour d’un crépuscule pour lequel on est resté debout. Amateurs de poésie facile à lire et de jolis paysages à parcourir, vous allez y trouver votre compte !
Les vers sont courts, modernes et, à l’instar des Fleurs du Mal, le recueil est organisé en parties thématiques. Un véritable classique à dévorer !

Alcools – Guillaume Apollinaire

Dans un registre un peu plus délirant, Guillaume Apollinaire a également rendu hommage à l’automne. C’est une oeuvre de jeunesse car le poète en a commencé la rédaction alors qu’il était encore au lycée! Les vers sont plus imaginatifs, moins rythmés, plus surréalistes mais ils permettent au lecteur d’utiliser sa propre imagination. Plus que l’ambiance automnale, le poète parle de l’enfance, de l’ivresse, des fêtes pour se remonter après l’arrivée du mauvais temps. C’est le livre idéal à lire sous une couette ou lorsque l’on a besoin d’aller voir ailleurs. Si vous n’avez pas peur du style fantasque mais éblouissant de Guillaume Apollinaire, je vous conseille vivement de vous tourner vers ce livre.

Novembre- Gustave Flaubert

Une œuvre de jeunesse encore inconnue du grand public, Novembre décrit la vie de Marie, jeune prostituée au cœur d’or, au sein de l’automne souverain. Entre tableau de mœurs humaines et plus précisément féminine, cet ouvrage « anti-Bovary » promet un grand voyage à la recherche de la jeunesse de la protagoniste à travers une campagne toute roussie ponctuée de premiers émois et d’émotions fortes. Puis vient la fin de l’innocence, l’automne de l’existence, le premier pas posé dans le lit d’un inconnu accepté par nécessité. Au milieu de tout cela, le narrateur écoute, absorbé par sa fascination et l’envie de trouver la femme idéale. Pourtant, la brûlante Marie sera au creux du plus cruel des dilemmes.
La seconde partie du roman, en revanche, regorge de célébrations d’orgies et de vers à la gloire de la chair fraîche ! Un livre à réserver aux plus aguerris et avertis d’entre vous, donc.

C’est tout pour aujourd’hui. Il ne vous reste qu’à faire votre choix parmi ces trois ouvrages qui vous promettent de douces soirées épicées au chaud. J’espère aussi qu’ils sauront vous remonter le moral en cas de dépression saisonnière ! N’hésitez pas à laisser vos commentaires, à poser vos questions et à me laisser vos suggestions de livres pour cette saison à venir, je serais ravie d’avoir quelques idées. Quant à moi, je retourne me rouler dans ma couverture et me réfugier dans ma bibliothèque pour vous concocter mes prochains articles de derrière mes fagots. A bientôt !

P.S: Je vous laisse un petit bonus ci-dessous, pour ceux qui préfèrent savourer l’automne avec les oreilles plutôt qu’avec les yeux. Régalez-vous bien avec ce petit poème de Lamartine!

Cette vidéo a été crée par Librivox, je ne possède aucun droit.

Suivez-moi ici:

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »