Histoires d’horreur dans la littérature classique

14 juin 2018

Vous appréciez les histoires d’horreur de type Creepypasta mais la littérature classique ce n’est vraiment pas votre truc? Restez sur cette page et je vous garantis que vous verrez les choses différemment après avoir lu cet article. Car les histoires d’horreur n’ont pas attendu l’arrivée d’internet pour circuler. La peur est un sentiment bien connu depuis la nuit des temps. Si vous aimez avoir la chair de poule et si les frissons sont votre nourriture quotidienne, le livre présenté ici risque fort de vous plaire!

Saviez-vous que films d’horreur et littérature classique pouvaient avancer main dans la main? C’est ce que je vais tenter de vous démontrer aujourd’hui. Alors prenez vos pop-corn, installez-vous bien devant votre écran et partons ensemble lire quelques bonnes histoires qui font peur.

 

Amateurs de Saw, tenez-vous bien!

Dans Saw, John Kramer (plus connu sous le nom de Jigsaw), enlève ses victimes et les enferme dans une salle remplie de pièges. Mais celles-ci ne sont pas choisies au hasard, au contraire! Lorsqu’elles se réveillent, elles sont accueillies par un message audio ou vidéo leur annonçant pour quelle raison elles ont été enfermées (généralement une faute à expier ou un crime commis plus tôt pour lequel il faudra payer). Devenues les protagonistes du film, les victimes doivent s’armer d’un instinct de survie suffisant pour leur permettre de s’échapper dans un temps imparti. Il leur faut, en outre, résoudre des énigmes si elles veulent s’en sortir vivantes. Car, en effet, la mort est le prix à payer en cas d’erreur… 

L’ouvrage présenté aujourd’hui n’a rien à envier à la célèbre saga. Morts successives, angoisse omniprésente, aveux et instinct de survie… tous les éléments sont présents afin de permettre au lecteur d’imaginer son propre film d’horreur. Laissez-moi vous présenter Dix Petits Nègres, rédigé par Agatha Christie en 1939.

Dix Petits Nègres et Saw: un même schéma?

La question est en effet pertinente. Vous allez voir que les histoires se ressemblent énormément. Dans Dix Petits Nègres, un couple nommé O’Nyme piège dix personnes sur une île. Parmi celles-ci, sept sont des amis ou des connaissances rencontrées lors de voyages et trois sont de futures employées (domestiques, secrétaire…). Cependant, aucun d’entre eux n’est capable de se souvenir distinctement d’avoir croisé les O’Nyme à un moment donné. Après leur arrivée, un message enregistré se fait entendre, condamnant chaque invité à payer pour un crime (le plus souvent un meurtre volontaire ou involontaire) commis quelques années plus tôt. Ne pouvant s’échapper, les invités, dont le passé est annoncé par flash-backs, sont dans l’obligation de résoudre une énigme s’ils ne veulent pas mourir sur place. Mais le temps est extrêmement limité et ils n’ont pour indice qu’une petite comptine accrochée au-dessus de la cheminée de chaque chambre et dix mystérieuses statuettes sur la table de la salle à manger…

Vous en voulez plus…?

Pas encore assez effrayé.e, n’est-ce pas? Vous êtes sûr.e?  Ecoutez ici la petite comptine qui résonne encore aux oreilles des invités:

Dix petits nègres s’en allèrent dîner.
L’un d’eux s’étouffa
et il n’en resta plus que Neuf.

Neuf petits nègres veillèrent très tard.
L’un d’eux oublia de se réveiller
et il n’en resta plus que Huit.

Huit petits nègres voyagèrent dans le Devon.
L’un d’eux voulut y demeurer
et il n’en resta plus que Sept.

Sept petits nègres coupèrent du bois avec une hachette.
L’un d’eux se coupa en deux
et il n’en resta plus que Six.

Six petits nègres jouèrent avec une ruche.
Une abeille a piqué l’un d’eux
et il n’en resta plus que Cinq.

Cinq petits nègres étudièrent le droit.
L’un d’eux devint avocat
il n’en resta plus que Quatre.

Quatre petits nègres s’en allèrent en mer.
Un hareng saur avala l’un d’eux
et il n’en resta plus que Trois.

Trois petits nègres se promenèrent au zoo.
Un gros ours en étouffa un
et il n’en resta plus que Deux.

Deux petits nègres s’assirent au soleil.
L’un d’eux fut grillé
et il n’en resta donc plus qu’Un.

Un petit nègre se trouva tout seul.
Il alla se pendre
et il n’en resta plus Aucun.

Vous l’aurez deviné, ici pas de bras coupé et pas de scie à retrouver, même si le destin de certains est suffisamment gore pour rivaliser avec celui des protagonistes de Saw. Mais les dix invités, dont vous pouvez trouver plus d’informations ici, doivent faire très vite s’ils ne veulent pas subir le destin de chaque nègre cité dans la chanson (pourrez-vous deviner quel sort est réservé à chacun?). Et, croyez-moi, le chronomètre est déjà bien enclenché…

Pourquoi lire Dix Petits Nègres?

Si vous avez bien tout compris, je pense que vous savez pourquoi vous devriez lire ce roman, précurseur de ce qui allait être plus tard l’une des plus célèbres séries du cinéma d’horreur. Si vous préférez frissonner avec des histoires un peu plus délicates que Saw, ce roman saura vous satisfaire sans aucun doute. Moi qui suis une très grande amatrice de films de ce genre, je peux vous dire que cette lecture m’aura très largement angoissée et j’ai ressenti la peur plus d’une fois. En définitive, je n’ai vraiment pas été déçue.

Mais, revenons aux choses sérieuses. Pour vous faire une idée plus précise de ce qui vous attend si vous choisissez de vous lancer dans cette histoire, voici mes pours et mes contres.

Pours:

  • Le roman rassemble tous les critères de l’histoire d’horreur (environnement angoissant, circonstances étranges, peurs à répétition et pour les puristes, du gore et de l’absurde!).
  • L’angoisse est omniprésente et ne vous lâche qu’à la dernière mort du livre, avec une dernière surprise…
  • Les flash-backs sont très bien construits, de manière quasi cinématographique, ce qui permet de bien comprendre le fond de l’histoire.
  • L’ouvrage rassemble toutes les caractéristiques du roman grand public avec la notoriété d’un livre classique.
  • Enfin, c’est un livre très abordable, qui peut plaire aux lecteurs les moins accrochés et les moins habitués aux romans classiques. Pas besoin, également, d’être Sherlock pour comprendre l’histoire mais vous pouvez enquêter de votre côté si ça vous amuse (et l’histoire n’en devient que plus excitante!).

Contres (car il y en a toujours):

  • Le roman est un peu long à lire, il faut parfois s’armer de patience pour arriver directement aux événements.
  • Ce livre ne conviendra donc pas à des personnes recherchant des histoires courtes.
  • Il y a beaucoup de personnages, surtout au début. Ceux-ci sont très bien présentés lors des premières pages du roman mais on peut parfois se mélanger les pinceaux (ce n’est pas Game of Thrones mais…). Personnellement, c’est cette trop grande présence des nombreux personnages qui m’a fait décrocher de temps en temps.

Ma présentation s’achève ici. Si vous avez des remarques constructives concernant le parallèle entre Saw et Agatha Christie, n’hésitez pas à les laisser en commentaire, nous pourrions en débattre tous ensemble. Si vous avez lu le livre, je serais ravie que vous laissiez vos impressions.

Si, en revanche, ce roman d’Agatha Christie reste une découverte pour vous, sachez que vous pourrez vous en procurer la lecture ici. Vous trouverez également d’autres informations sur mon site, dans mes faits divers.

Suivez-moi ici:

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »