La révolte dans les livres classiques

12 décembre 2018

Bonjour à tous, en cette semaine grise et froide, le sang des français semblent se réchauffer. Vous êtes sûrement déjà au courant depuis quelques semaines, mais avec les gilets jaunes, les plus patriotes sont dans la rue pour manifester leur mécontentement. Et, avec tout ce qu’il se passe, il y aurait bien de quoi en écrire un roman!
Saviez-vous qu’il y a bien longtemps, de tels événements avaient déjà embrasé les pages de nos livres? Allez, enfilez votre gilet jaune ou armez-vous de votre plus beau drapeau si vous le voulez et partons ensemble faire un petit tour d’horizon de la révolte dans les livres classiques. Vous avez votre sérum physiologique et de quoi vous protéger sur vous? Alors nous partons!

 

La San Felice – Alexandre Dumas 1864

Eh oui, ça chauffe en Italie! Rendons-nous à Naples où la révolte gronde dans les rues de la ville. Après la révolution française qui a vu tomber la tête de sa sœur Marie-Antoinette, la reine Marie-Caroline est devenue l’ennemie publique numéro 1. Il faut dire que la guillotine a donné des idées à son peuple! Et, pour couronner le tout, son mari le roi Ferdinand, un rigolo plus occupé par la chasse que par les affaires d’état, ne vient pas arranger la rage des riverains! Mais les souverains sont bien entourés: le charismatique amiral Nelson et la charmante courtisane Lady Hamilton sont là pour les divertir. Et pourtant, au milieu de l’aristocratie se cache Luisa San Felice qui, par amour pour un révolutionnaire, va retourner sa veste et nous emmener en plein milieu des flammes et des balles. La tête va vous tourner et vous en ressortirez avec des étoiles plein les yeux! Mais quel camp allez-vous choisir?

Germinal – Emile Zola (1885)

Si la révolution napolitaine vous rappelle trop celle de France et ne vous impressionne point, revenons au pays et rejoignons le mouvement d’une centaine de braves gens. Pour cela, rendons-nous aux mines de Montsou (que certains d’entre vous ont déjà visitées dans cet article) aux côtés d’Etienne Lantier, mineur nouvellement engagé, qui nous emmènera souper chez les Maheu, ses hôtes un peu rustres mais non sans tendresse. Et de l’amour il en faut, lorsque la jeune Catherine, la fille aînée des Maheu emprunte le mauvais chemin. Il en faut néanmoins encore plus lorsque les salaires des mineurs baissent et qu’il faut se serrer les coudes. Alors, avec des lanternes et des pioches, tout le monde y va avec ses pauvres moyens Mais le sabotage n’est pas bien loin et, bientôt, un vent inattendu va souffler sur la mine…

Les révoltés de la Bounty – Jules Verne (1879)

Voilà une révolte digne de la plus belle histoire de pirate et que peu de gens connaissent! Elle est longue et a fait peu de remous sur terre, mais, croyez-moi, la mer en tremble encore.
Pour mieux évaluer l’étendue des faits, embarquez sur la Bounty, un somptueux navire de la marine royale britannique en partance pour Tahiti où une cargaison attend bien sagement. Si le cadre est paradisiaque, ne vous attendez pas à passer des vacances tranquilles: le capitaine William Bligh est un homme d’expérience mais il n’aime ni l’oisiveté ni l’introduction d’étrangers à bord! Les marins vous le diront: c’est un individu brutal et dur, très difficile à supporter. Mais ne vous inquiétez pas, le capitaine en second, Fletcher Christian, est bien décidé à mettre le feu aux poudres, d’ailleurs le reste de l’équipage sort déjà ses armes. Cependant la terreur a un prix: il va y avoir des larmes, de la sueur et peut-être du sang? Voilà déjà que certains sont pris en otage et qu’une embarcation est jetée à la mer. Que s’est-il donc passé si vite et quel camp choisir? Cliquez sur le titre pour le savoir, si vous n’avez pas le mal de mer.

Antigone – Jean Anouilh (1947)

Qui avait dit que la révolution ne pouvait pas se faire seul? Une jeune fille au visage familier a décidé de relever le défi. La princesse Antigone, fille du célèbre Œdipe, est terriblement affectée par la mort de ses deux frères qui se sont entre tués pour le trône. Malheureusement son oncle Créon, qui règne en régent sur la ville de Thèbes, décide de n’en honorer qu’un. C’est alors que la demoiselle, qui sait sa famille maudite et destinée à disparaître, va désobéir et affronter la mort. Pour la première fois, quelqu’un a osé se soulever contre l’autorité. Mais cet acte de bravoure ne sera pas sans conséquences et tandis que certains hésitent à rejoindre son camp, les dieux exécutent irrémédiablement leur sentence, projetant la famille royale incestueuse dans la plus grande des folies.

Les Justes – Albert Camus (1949)

Terminons cet article en Russie où un petit groupe de réactionnaires a décidé de jouer le grand jeu pour faire tomber le grand duc Serge, tyran quasiment intouchable. Cinq personnes, quatre hommes et une femme bien habile de ses mains, complotent secrètement dans un petit appartement, quelques bombes artisanales au creux de la main. Bien déterminés à sauver la population locale du joug du gouverneur, ils entendent bien jouer les justiciers. On les appelle, d’ailleurs, les Justes. Kaliayev, le plus courageux d’entre eux, se porte volontaire pour porter le coup fatal. Mais, alors qu’il approche du grand duc, son cœur se serre face à deux petites surprises qui l’attendent dans la calèche impériale. Qu’a-t-il pu bien voir de si imprévu? Qui a donc bien pu changer son avis? Et comment réussir à approcher si près de la cible? Cliquez ici et vous ne tarderez pas à le savoir!

 

Alors, allez-vous vous laisser tenter par quelques uns de ces romans? Je pense qu’il y a de quoi faire pour allumer quelques flammes dans les cœurs.
Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à laisser vos commentaires, à poser vos questions et vos suggestions, je serais ravie d’en tenir compte et, pourquoi pas, d’en faire un article ? Quant à moi, je vous souhaite un bon visionnage en compagnie de notre cher Albert Camus, toujours prêt à lever le poing, et retourne concocter les prochains articles dans ma bibliothèque. A très bientôt !

Suivez-moi ici:

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »