Top 6 des films de Marguerite Duras

9 octobre 2018

Bonjour chers amis, suite à l’engouement que certains ont éprouvé lors de mes dernières publications, je réitère l’expérience en vous apportant davantage d’amuse-bouches pour découvrir Marguerite Duras! Pour ceux qui viennent d’arriver, je rappelle que Marguerite Duras (dont j’ai parlé dans cet article) est une écrivaine qui s’est lancée dans le cinéma à la fin des années 1950 et qui a adapté plusieurs de ses romans au cinéma, mais pas que! Dans cet article, vous trouverez un top des meilleures adaptations de l’écrivaine ainsi qu’un lien qui vous permettra de regarder chaque film. Suivez le guide!

1) Le Camion (1977)

Une écrivaine reçoit chez elle un comédien à qui elle confie le scénario de son prochain film. L’histoire, explique-t-elle, serait celle d’une femme prise en stop par un camionneur. Leur trajet serait long et seule la femme ferait la conversation.
Ce film est sans doute le long métrage le plus symbolique de Marguerite Duras. Basé sur l’imagination de celui qui regarde, il alterne entre conversations des personnages principaux et voyage en camion à travers de très jolis paysages oniriques. Ou à l’arrêt, allez savoir, le camion n’est jamais loin. Le regard rivé sur l’écran, on se laisse bercer par la voix de Marguerite Duras, l’écrivaine pleine d’hypothèses qui dicte son scénario avec une diction étonnante tandis que le comédien, incarné par le célèbre Gérard Depardieu, se prélasse sur un confortable fauteuil devant un guéridon. Un film réservé aux rêveurs, à ceux dont la réflexion ne s’éteint jamais, aux amoureux des jolis paysages. Une très jolie histoire à se laisser raconter, donc.



2) Nathalie Granger (1972)

Dans sa jolie maison entourée d’un parc verdoyant, Isabelle Granger passe son après-midi avec une amie. Les heures s’écoulent avec peine et le prélassement est de mise au milieu des conversations intimes. En effet, Isabelle s’inquiète pour sa fille Nathalie qui, très violente à l’école, mériterait d’aller en pension.
Ce film est à l’image même de l’esthétique de Marguerite Duras. Tout y est épuré à l’extrême et l’intrigue y est presque complètement absente. Ce que l’on propose ici, c’est de s’asseoir à la table d’Isabelle et se de prélasser avec elle au son de la musique que diffuse la radio et qui rythme tendrement la journée. Car la maison d’Isabelle est un havre de paix en noir et blanc, loin de la violence de la rue et décalé de toute normalité. Mais l’après-midi se passe vraiment très lentement et on s’ennuierait presque… à l’instar des protagonistes ! Ce long métrage est donc à réserver aux plus avertis et à ceux qui s’intéressent au concept avant l’action.

3) Baxter, Vera Baxter (1977)

Là encore, un chef d’œuvre du style cinématographique de Duras. Tout comme Nathalie Granger, ce film-ci est à réserver aux amateurs du genre épuré. Car il n’y a ni intrigue ni dialogue particulier, seulement une ambiance dans laquelle se plonger. Cette fois, on nous invite chez Vera Baxter, une femme d’un âge avancé, en grande conversation avec une ancienne maîtresse de son mari. Elle n’a aimé que celui-ci, mais pourtant, l’homme volage a usé de stratagèmes pour que son épouse prenne un amant… ce qui meurtrira Vera jusqu’à la moelle de ses os.
Certains connaissent l’affiche du film tirée des premières minutes, où Vera gît nue sur un lit, la poitrine découverte par sa chemise ouverte. Eh bien, ce court métrage est à l’image de la sieste de la protagoniste : il est lent et très doux dans les dialogues. On pardonnera l’unique musique, caractéristique du cinéma de Duras, qui tourne en boucle et trotte dans la tête. Je vous diras très honnêtement que le film ne paie pas de mine pour des yeux innocents mais, pour notre culture personnelle, il en vaut la peine !

4) Agatha et les lectures illimitées (1981)

Que puis-je dire de plus par rapport au reste ? Vous savez déjà tout. Certains ont même déjà eu l’occasion de regarder le film en suivant le post de Littérature Pour Tous sur Facebook. Mais, ce que je peux dire aux nouveaux arrivants, c’est que ce long métrage, bien que n’étant pas plus différent que les autres, vous promet une jolie promenade à la mer, faîte de rêves et de réflexions. Tour à tour, on se balade sur la plage, on observe le soleil qui se lève sur l’eau puis qui repart caché par les nuages, on se pose à la fenêtre de la maison d’Agatha. Et on écoute cette ode à la mer, si chère à Marguerite Duras. Puis soudain, l’histoire change. Une histoire d’amour, d’inceste, d’enfance. Agatha a soudain un secret gardé par les vagues. Regardez au moins quelques minutes, vous comprendrez.

5) India Song (1975)

Cette fois, c’est un petit bout de la vie de l’écrivaine. Car son héroïne, Anne-Marie Sutter, a passé comme elle une partie de sa vie en Asie. Mais Anne-Marie Sutter voit son destin basculer lorsque, invitée à une soirée de l’Ambassade de France, un homme va lui crier son amour.
Soudain le temps s’arrête, le monde est immobile, on se regarde, la fête se fige. Et ce sont les voix-off qui parlent, qui racontent l’histoire et qui dialoguent. Ou est-ce que Marguerite Duras aurait été l’une des premières à faire entrer la télépathie au cinéma ? Quoi qu’il en soit, on se laisse emporter par le décor des Indes, par la moisson qui commence, par les miroirs qui dévoilent plus de chose qu’ils ne le devraient. Je vous laisse regarder ce film tout à fait particulier et très différent des autres. N’hésitez pas à donner votre avis en commentaire !

6) Hiroshima mon amour (1959)

Ce film se place en dernière position car il n’a pas été réalisé par Marguerite Duras elle-même. En revanche, c’est elle qui en a écrit le scénario et c’est celui-ci qui l’aura fait découvrir au grand public.
L’écrivaine évoque ici la mémoire de guerre à travers une actrice française qui part au Japon pour y tourner un film. Elle y rencontre un architecte japonais qui va devenir son amant. Mais leur amour est lié par une vision tout à fait étrange : leurs souvenirs de la Seconde Guerre Mondiale. Ils n’étaient pas sur le même front ni au même endroit mais l’impression a été la même. Et, sous les bruits des bombes lancées sur Hiroshima résonnent les pleurs d’une femme qui est tombée amoureuse d’un allemand. Un très joli film qui fait réfléchir et dont je vais taire tout détail afin de vous laisser en profiter. N’hésitez pas à le regarder : c’est un chef d’œuvre !

J’espère que cet article vous aura plus et qu’il vous aura permis de mieux découvrir Marguerite Duras. Je ne garantis pas que tous les films vous plairont mais ils sont assez variés en sujet pour que vous puissiez faire votre sélection dans cette liste. N’hésitez pas à laisser vos impressions et vos conseils en commentaire, quant à moi, je retourne à la recherche de trésors à vous dévoiler dans ma bibliothèque. Je vous souhaite un bon visionnage et je vous dit à bientôt !

Suivez-moi ici:

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »